Territoire et développement durable

président de directoire du grand port maritime de la Guadeloupe

Réf. 2019-281851

Guadeloupe (971), France

président de directoire du grand port maritime de la Guadeloupe

Organisme de rattachement

Service de la gestion du personnel

Employeur

Ministère de la transition écologique et solidaire

Versant

Fonction publique d'Etat

Catégorie

Encadrement Supérieur

Poste à pouvoir le

25/11/2019

Quotité de temps de travail

Temps complet

Pièce(s) jointe(s)

Postuler

Informations générales

  • Domaine fonctionnel & emploi Territoire et développement durable
  • Date de publication 25/10/2019
  • Date de fin de publication 25/11/2019

Description du poste

Descriptif du poste

Le poste de président du directoire du grand port maritime de la Guadeloupe est déclaré vacant, pour une prise de poste début 2020. Le mandat du président ou de la présidente du directoire est d'une durée de cinq ans renouvelable.

Contexte

Les grands ports maritimes ultramarins sont des actifs stratégiques, indispensables à la desserte des territoires ultramarins et au maintien de la continuité territoriale de la France. Compte tenu de leur insularité, la quasi-totalité des marchandises transitent par ces ports. En confortant leur position dans les grands flux de transports maritimes internationaux, ils constituent des outils essentiels au service de la création d'emplois et de valeur dans les territoires.
Le maintien d'une desserte directe est donc un enjeu essentiel pour ces départements, une condition indispensable pour la maîtrise du coût de passage portuaire et des dépenses de consommation des ménages.
Le grand port maritime de la Guadeloupe est un établissement public de l'Etat comptant plus de 155 ETPT (équivalent temps plein travaillé). Comme les autres grands ports maritimes, le grand port maritime de la Guadeloupe exerce à la fois des missions de service public (police portuaire, aménagement environnemental…) et des missions commerciales et économiques (capter de nouveaux trafics, prospection de nouveaux clients, développement des activités logistiques et industrielles …).
L'activité du port se répartit sur cinq sites géographiques (Jarry, à Baie-Mahault, dédié aux échanges de marchandises ; Pointe-à-Pitre pour l'accueil des passagers croisière et liaisons inter-îles ; Basse-Terre pour le fret et la croisière ; Folle Anse, à Marie-Galante, pour le trafic domestique et le cabotage, et enfin le port de plaisance de Bas-du-Fort (mis en concession depuis le 1er janvier 2006), dédié au nautisme.
En 2018, le trafic de marchandises était de 3,78 millions de tonnes (en progression de 2 % par rapport à 2017), avec des variations importantes selon le type de marchandises. Le trafic de conteneurs est en augmentation de 6,8 % par rapport à l'année 2017 à 224 000 boîtes (dont 68 000 transbordées, meilleur score historique).
Le trafic global de passagers, avec environ 1,3 M personnes, progresse de 7,3 % entre 2017 et 2018, avec une croissance soutenue pour les trafics croisière (+ 15,7 %) et inter-îles (+ 17,1 %).
En 2018, le chiffre d'affaires s'élevait à 40,5 M€ et le résultat net à 7,1 M€.


Conditions particulières d'exercice

Description du poste

Le président ou la présidente du directoire, également dénommé directeur général ou directrice générale, a la qualité de mandataire social et rapporte auprès du conseil de surveillance.
Les deux précédents mandats ont été marqués par la préfiguration, puis la création, le 1er janvier 2013, du grand port maritime de la Guadeloupe issu de l'ancien port autonome.
La poursuite du mandat du président ou de la présidente du directoire sera tournée vers la mise en œuvre du nouveau projet stratégique du port pour la période 2019-2023. Ce projet stratégique, qui est en phase finale d'approbation, a été élaboré en étroite collaboration avec les différents acteurs professionnels, économiques, politiques et sociaux de la place portuaire et des territoires.

Principaux enjeux

- Aménagement et de développement : Le projet stratégique 2019-2023 du Grand Port Maritime de la Guadeloupe s'articule autour de quelques axes majeurs :

1) conforter le développement du trafic de transbordement, en positionnant le port en tant que port de transbordement de la caraïbe Sud et en s'attachant à moderniser et organiser la manutention et le trafic passagers, qui connaît une croissance substantielle ;
2) développer le segment de la croisière, afin de répondre aux standards internationaux pour l'accueil des touristes. Ce segment constitue, par la valorisation des escales, un potentiel important de retombées économiques pour la Guadeloupe.

Profil recherché

De profil ingénieur ou commercial. Cadre de la haute fonction publique ou issu du monde de l'entreprise, ayant déjà eu des expériences réussies de management et de dialogue social, y compris dans une certaine conflictualité.
- Profil sachant évoluer dans un contexte mixte public et privé compte tenu de la double mission des ports (missions régaliennes et missions commerciales).
- Profil ayant une expérience réussie de management.
- Candidature ayant déjà une expérience dans le secteur portuaire, industriel, logistique ou maritime.


Forte capacité à :


- fédérer l'ensemble des acteurs économiques et politiques locaux et plus largement de l'aire d'influence naturelle du port (Antilles) et à évoluer dans un environnement complexe,
- savoir travailler en synergie avec les GPM de Martinique et de Guyane, notamment dans le cadre de la feuille de route en cours d'approbation du Conseil de coordination inter-portuaire Antilles-Guyane,
- organiser et mener le dialogue social avec les organisations représentatives des personnels portuaires et des dockers,
- dialoguer avec les services de l'Etat ainsi qu'avec les collectivités, les organisations environnementales,
- prospecter de nouveaux clients du port pour créer de nouvelles opportunités de développement économique,
- contribuer à la définition et à la mise en œuvre de la politique nationale portuaire et s'investir dans les actions collectives de la branche (Union des ports de France),
- se situer dans le dialogue avec les tutelles et les échanges en interministériel.


La rémunération du ou de la titulaire est fixée par le ministère de l'action et des comptes publics, après avis du ministère chargé des transports. Elle comporte une part fixe (124 k€) et une part variable (dans la limite de 24,8 k€, soit 20 % de la part fixe).

Information complémentaires

Les renseignements seront pris auprès de


M. Nicolas TRIFT, sous-directeur des ports et du transport fluvial, à la direction des services de transports de la direction générale des infrastructures, des transports et de la mer (téléphone : 01 40 81 71 15) et de M. Jacques SALHI, délégué aux cadres dirigeants (téléphone : 01 40 81 18 61).

Nature de l'emploi

  • Emploi ouvert aux fonctionnaires et/ou aux contractuels